#2 – Une histoire de passion

#2 – Une histoire de passion

Classé dans : Actualité | 0

Cher lecteur,

Comme chaque mercredi, c’est Antoine qui vous écrit cette lettre électronique. Ce rendez-vous hebdomadaire a pour but de vous partager au mieux notre concept www.ericpineau.fr.

La semaine dernière vous avez été nombreux à réagir sur nos réseaux sociaux (Facebook, Instagram) suite à la publication de ma lettre électronique#1.

Tout d’abord, je souhaitais vous remercier chaleureusement pour l’ensemble de vos commentaires. Ils m’ont profondément touchés.

Dans un des commentaires une des lectrices me remercie de la transparence que je souhaite mettre en avant via ce nouveau format et me demande : « Antoine, pouvez-vous nous raconter votre histoire pour comprendre comment ce projet a germé dans votre esprit ? ».

Ainsi, j’ai décidé de vous raconter la genèse du projet www.ericpineau.fr via cette lettre#2.

Comme vous l’avez lu dans la lettre#1, je suis passionné par l’agriculture et l’élevage depuis mon enfance. Dès l’âge de 5 ans, j’accompagnais Papa dans ses travaux quotidiens sur la ferme.

Nous emmenions l’eau dans les champs, nous changions les animaux de parcelle, nous réapprovisionnions en foin et en paille les étables. J’adorais également participer aux campagnes de moissons, de foins et d’ensilages.

Ensuite, à l’âge de 10 ans, j’ai décidé d’élever des canards suite à une visite du château de Cheverny. Je trouvais les canards magnifiques. J’ai commencé mon élevage avec 4 animaux puis l’année suivante 10, puis 15 pour finir à 50 quelques années plus tard.

Le matin avant de prendre l’autocar pour me rendre au collège je prenais quelques minutes pour m’occuper de mon cheptel. Cela me demandait un peu de surveillance mais j’adorais !!!!

Puis, à l’âge de 15 ans, j’ai dû renoncer à cet élevage pour commencer mes études sur Angers. J’ai débuté au lycée de Pouillé dans la section agricole puis j’ai poursuivi dans l’agronomie en suivant un DUT, une licence et un master.

Pendant cette période, mon père a commencé à développer la vente directe sur l’exploitation en proposant sa viande à des amis et de la famille. Ce circuit de distribution lui permettait de valoriser son produit. De plus ses clients étaient assurés de la provenance de la viande et de sa qualité.

Toutefois, il pouvait vendre en direct seulement deux carcasses dans l’année car ce système de commercialisation demande des disponibilités importantes.

Moi, après mes études, je quitte Angers pour réaliser une expérience sur Paris dans le conseil agricole. Je reste 3 ans dans l’entreprise et je décide de la quitter dans l’objectif d’aider Papa à développer la vente directe.

En effet, je voulais l’aider à mieux valoriser son produit. Cela me révoltait de voir de nombreux intermédiaires prendre le fruit de son travail. Ma vision était de proposer une viande de qualité à tous avec une livraison à domicile dans toute la France.

Ainsi, je décide de développer un site internet grâce à des tutoriels sur YouTube.

Après 8 mois de développement, je mets ce site en ligne. Problème !!! mon site était perdu dans les méandres d’internet.

Je fais donc le choix d’imprimer des flyers que je distribue sur Paris. Au milieu des quais des stations « Motte Picquet grenelle » ou « Chatelet » je lançais le slogan suivant « Viande de qualité du producteur au consommateur ». Je distribuais près de 300 tracts par soir.

En parallèle, je lançais une page Facebook et un compte Instagram afin de présenter notre ferme et notre concept. Les premières commandes affluent. Les clients sont satisfaits de la qualité du produit et parlent de notre concept à leurs proches.

Ce fut le début de notre aventure !!!

Ensuite nos clients nous ont demandé de nous diversifier. Nous avons décidé donc de proposer en plus du veau et du bœuf des colis de porcs, de volailles et d’agneaux de producteurs partenaires.

Cette aventure entrepreneuriale n’a pas été un long fleuve tranquille. Une démission n’est jamais chose aisée. On renonce à une rentrée d’argent mensuelle et on plonge la tête la première dans l’inconnu. Mais le jeu en vaut la chandelle.

Aujourd’hui, je suis fier de pouvoir aider mon Père et mes producteurs partenaires à mieux vivre de leur métier.

De plus, c’est une joie quand je reçois des avis positifs  sur la qualité de notre produit : « La viande c’est une tuerie !!! Je recommande fortement d’acheter la viande chez Eric Pineau !!! ».

J’espère que cette lettre électionique#2 vous aura intéressée et n’hésitez pas à me soumettre des sujets dans les commentaires.

Je vous remercie encore d’avoir pris le temps de la lire.

A mercredi prochain,

Antoine PINEAU

En charge de la commercialisation de la viande

www.ericpineau.fr

#ensemblepouruneviandedequalité

Laissez un commentaire